L’art de réussir un portrait photo

Pour faire suite à mon dernier billet, lequel présentait des trucs pour faire de belles photos avec son téléphone cellulaire, je vous propose aujourd’hui certaines astuces pour réussir un beau portrait. Considéré comme une des choses les plus difficiles en photographie professionnelle, le portrait est pourtant une discipline que nous pratiquons tous à un moment ou à un autre.

aroni-738305_1920Le sujet
La première étape, qui est aussi le but d’une photo portrait, est de mettre votre sujet en valeur. Or, à moins que vous vouliez le mettre en relation avec un objet ou un élément du paysage, vous devriez faire en sorte qu’il occupe le plus de place possible sur la photo.

Décor et éclairage
Même si vous cadrez serré, vous voudrez quand même que le décor soit agencé harmonieusement avec votre sujet. Portez donc une certaine attention à cet élément. Aussi, dans tous types de photo, la lumière joue un grand rôle. Un soleil de midi n’est pas suggéré. Au contraire, le soleil du matin ou du soir est plus léger et permet des ombres adoucies.

Cadrage
Tout comme je l’ai mentionné dans le dernier billet, il est plus intéressant d’utiliser la règle des tiers, c’est-à-dire de placer les éléments importants du sujet sur les lignes de force de l’image. En d’autres mots, décalez votre sujet afin qu’il ne soit pas complètement centré sur la photo.

Mise au point
La mise au point doit absolument se faire sur les yeux. Le regard de la personne est ce qu’il y a de plus important; c’est ce qui donne de la «vie» à la photo. Je vous suggère de mettre votre appareil sur «portrait» si vous êtes en mode automatique, ou bien sur «priorité ouverture» (A ou AV) si vous êtes en mode semi-automatique.

Profondeur de champcamera-1298735_1280
Tel qu’énoncé dans le dernier billet, l’effet d’un arrière-plan flou peut être très intéressant; surtout pour un portrait. Cela mettra d’autant plus le sujet en valeur. Si vous êtes en mode manuel, cela signifie qu’il faut agrandir l’ouverture (nombre f petit), afin que la profondeur de champ soit faible.

Angle de prise de vue
Pour prendre des photos diversifiées, n’hésitez pas à vous déplacer autour de votre modèle, à prendre des prises de vue plongées ou contre-plongées. Si vous photographiez une femme, n’hésitez pas à la positionner de ¾; cela adoucit les traits et la silhouette. Pour un homme, vous pouvez privilégier la prise de face; cela met en valeur la carrure du visage et des épaules. Finalement, si vous photographiez une personne de profil, assurez-vous de laisser un certain espace dans la direction où elle regarde.

Pour terminer, n’oubliez pas de parler à votre modèle tout au long de la séance. Guidez-le, faites-lui jouer un rôle, bref, faites en sorte qu’il soit à l’aise pour qu’il puisse vous donner le meilleur de lui-même!

Références :
http://apprendre-la-photo.fr/comment-reussir-un-portrait/
http://www.linternaute.com/photo_numerique/prise-de-vue/conseil/10-conseils-pratique-pour-le-portrait-photographique/le-b-a-ba-du-portrait.shtml

Faire de belles photos avec son smartphone

On peut dire que je suis vraiment novice dans le domaine de la photographie, mais ça n’empêche pas le fait que j’adore prendre toutes sortes de photos ; surtout de paysages. Dans mon parcours universitaire, j’ai eu la chance de suivre un cours de base, mais malheureusement, l’appareil qu’ils vous prêtent, ils le reprennent à la fin… et personnellement, je n’ai pas 800 $ à dépenser dans l’achat d’un appareil photo.

girl-1192032_1280

Alors, dans ce cas-là, je me contente de mon bon vieux cellulaire. Il faut dire que le mien permet une assez belle qualité d’image (c’était un de mes critères d’achat). Si vous êtes comme moi, vous serez ravis qu’il existe quelques trucs pour que les photos prises avec votre cellulaire aient l’air pas pire professionnel !

Tout d’abord, il est à noter que plein de fonctions et de règles de la photographie professionnelle peuvent être appliquées à notre téléphone portable !

1.  phone-802125_1920Le cadrage : une belle photo est toujours bien cadrée ! Or, le but n’est pas de mettre le sujet en plein milieu. Pour un effet plus artistique, je vous suggère d’adopter la règle des tiers. Pour ceux et celles qui ne sauraient pas de quoi je parle, il s’agit de diviser l’image en parties égales par deux lignes horizontales et deux lignes verticales (souvent, vous pouvez même faire apparaître cette « grille » à l’écran) et de positionner les éléments importants (points forts) le long des lignes ou de leurs intersections.

2.  L’exposition : quoi de pire qu’une photo trop sombre ou surexposée ? Sur la plupart des appareils cellulaires, on vous offre l’opportunité de modifier manuellement l’ISO. Si vous vous trouvez dans un environnement peu lumineux, choisissez une sensibilité ISO élevée. Également, il faut éviter les contre-jours (soleil face à vous) et le soleil directement dans le visage du sujet.

3.  Les objets en mouvement : pas facile de photographier un enfant en train de courir ou un animal qui ne tient pas en place. Cependant, le mode « sport » peut être utilisé afin d’éviter un résultat flou. Si votre appareil ne vous offre pas cette fonction, vous pouvez toujours augmenter la vitesse d’obturation dans le mode manuel.

4.  Fonction HDR et panoramique : tout comme les appareils photo haut de gamme, les fonctions HDR (nombreux niveaux d’intensité lumineuse dans une seule et même image) et panoramique sont souvent offertes sur nos petits smartphones. Pourquoi ne pas les utiliser ?

5.  Arrière-plan flou : l’effet d’un arrière-plan flou peut être utilisé pour mettre l’accent sur un sujet en particulier et ainsi le détacher de son environnement. La plupart des appareils récents offrent un mode « macro » qui permet de prendre des gros plans de très bonne qualité.

6.  Mise au point manuelle : parfois, la mise au point automatique de notre smartphone n’est pas adéquate. Pour diriger l’attention vers la partie la plus importante — un sujet particulier —, tapez sur celle-ci à l’aide de l’écran tactile avant d’appuyer sur le bouton de déclenchement. De cette façon, l’appareil fera la mise au point et calculera la bonne exposition pour le sujet en question.

 photographer-1031393_1920

Conseils divers

Avant la prise de photos :

  • Vérifiez que la meilleure résolution est sélectionnée sur votre appareil cellulaire ;
  • Nettoyez bien la lentille (elle est souvent empreinte de traces de doigts) ;

Pendant la prise de photos :

  • Retenez qu’il y a un retard de déclenchement assez long sur le cellulaire ;
  • Tenez votre appareil à deux mains et stabilisez vos coudes si possible ;
  • Évitez le zoom et le flash (sur les smartphones, leur utilisation amoindrit souvent la qualité des photos) ;

Finalement, prenez beaucoup, beaucoup de photos… car c’est avec la pratique qu’on acquiert de l’expérience et de bons réflexes !

Le «point focal», un must en déco!

Vous désirez revamper une de vos pièces, mais ne savez pas trop par où commencer? Je vous suggère une technique qui risque de vous inspirer et qui permettra de mettre à profit votre créativité. En fait, qu’est-ce qui fait qu’une pièce est unique, qu’elle attire l’attention ? C’est souvent qu’on y retrouve un mobilier ou un accessoire sort du lot… C’est ce qu’on appelle « le point focal » de la pièce.

La technique que je vous propose utilise le point focal comme point de départ à l’ensemble du décor. Donc, premièrement, prenez un après-midi et allez faire les boutiques de décoration sans aucune idée préconçue. Laissez-vous guider par les couleurs, les textures, les accessoires et les fournitures qui vous allument. Une fois que vous avez trouvé votre coup de cœur, cherchez des couleurs complémentaires, des tissus, des textures ou des accessoires qui s’agencent bien à celui-ci.

2000px-BYR_color_wheel.svg

Ça peut être aussi simple qu’un lustre, un miroir, une toile, un accessoire mural, une tête de lit, un coffre, un foyer et j’en passe… N’hésitez pas à faire des agencements qui sortent de l’ordinaire et osez ! Si vous n’avez pas un gros budget, pensez à recycler les matières premières ou les vieux objets. Avec les Pinterest de ce monde, les idées pour donner une deuxième vie à nos objets sont infinies — cela sera peut-être sujet à un autre billet, qui sait ! Aussi, assurez-vous que vous donnerez une place de choix à votre « point focal », sinon, que vaut la peine d’en avoir un si celui-ci n’est pas mis en valeur ?

Voici quelques photos vous inspirer :

Une autre façon de plus en plus populaire de rendre une pièce tout à fait exceptionnelle est la murale décorative. Il vous suffit de trouver une image qui vous intéresse sur Internet et de la faire imprimer en grand format par une entreprise qui se spécialise dans le domaine. Je vous assure que ça transforme toute surface sans personnalité en réelle œuvre d’art !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et vous, qu’est-ce qui fait en sorte que votre décor est unique ? Partagez-moi vos idées !

Références :

http://www.interiordesignstyle.net/blog/room-focal-points/
http://moderne-house.fr/20-salons-etonnants-avec-un-mur-en-bois-de-palette/
http://www.pratico-pratiques.com/decoration-et-renovation/trucs-et-conseils/comment-integrer-les-tendances-a-votre-decor/
http://www.allposters.fr/-sp/London-Tower-Bridge-Papier-peint-Mural-Affiches_i10610534_.htm
http://magazineluxe.com/la-chronique-de-mme-c-revetements-muraux-a-faire-craquer/
http://impressionxl.com/
http://modernedeko.fr/exemple-de-papier-peint-pour-salon-modele-tapisserie-salon.html

Tendances cheveux :: printemps-été 2016

Je suis loin d’être celle qui change de coupe et de coloration toutes les saisons, mais je trouve toujours intéressant de connaître les tendances à venir. Tout au plus, je m’en inspire, et tout au moins, j’en profite pour enrichir mes connaissances en mode.

Cheveux1www.aufeminin.com

Alors, qu’est-ce qui nous attend pour les prochains mois?

Niveau coupe :
Qu’on ait les cheveux courts ou longs, on veut du mouvement! Ça veut donc dire qu’on les dégrade et qu’on les effile. Les longueurs doivent être brillantes et « en santé ». Aussi, malgré son absence depuis quelques saisons, la frange revient en force. Elle est portée de plusieurs façons : droite, rideau, sur le côté ou encore en mèche.

Niveau coloration :
Pour faire contraste avec 2015, on passe de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel à des couleurs plus naturelles. Voici celles qui sont les plus demandées dans les grands salons, selon le site Hugffingtonpost.ca (désolée à l’avance pour certaines traductions de couleurs qui laissent à désirer) :

Écaille de tortue (Tortoiseshell) — ombré aux tons de miel, qui est en fait un mélange de blonds et de bruns auburn.

Cheveux2www.twistmagazine.com

Beige « beurre » (Buttery Beige) — blond chaud, qui pourrait se rapprocher de la couleur du sable ou du beurre (à la Gwyneth Paltrow).

Cheveux3www.goodhousekeeping.com

Pastels « troubles » (Murky pastels) — à l’opposé des teintes arcs-en-ciel, on parle ici d’une base « brun cendre » neutre mise en évidence avec des éclats de pastel créant un effet grunge.

Cheveux4stylenoted.com

Doux corail (Soft coral) — un mélange des couleurs « pêche », rose et « or rose » qui donne un effet dynamique.

Burnt - UK Film Premiere - VIP Arrivalswww.huffingtonpost.ca

Bruns naturels « frais » (Cool natural browns) — nuances lumineuses qui mettent en valeur et enrichissent les couleurs naturelles du cheveu brun.

"The Hunger Games: Mockingjay- Part 2" New York Premierewww.huffingtonpost.ca

Ronze (Ronze) — version mise à jour de la tendance « bronde », Ronze est un mélange entre la couleur rouge cuivre et brun bronze.

Cheveux7www.blackhairstyle.com

Cheveux stroboscopiques (Hair strobing) — davantage une technique qu’une couleur de cheveux, celle-ci consiste à mettre en valeur le visage en éclaircissant stratégiquement certaines mèches de cheveux.

BuzzFoto Celebrity Sightings In New York Ð  December 08, 2015www.huffingtonpost.ca

Balayage (Balayage) — s’adaptant à toute couleur de cheveux, il s’agit d’une technique qui consiste à mélanger plusieurs tons, certains plus clairs et d’autres plus foncés, pour donner un maximum de reflets et de volume.

Marie Claire's Image Maker Awards 2016 - Arrivalswww.huffingtonpost.ca

Niveau coiffure :
En ce début de 2016, les opposés sont à l’honneur. D’un côté, on a les cheveux longs froissés et décoiffés et de l’autre, on a les chignons de ballerine bien lissés.

En regardant les défilés, on s’aperçoit aussi que les accessoires ont la cote (barrettes, serre-têtes…).

Ce diaporama nécessite JavaScript.


La raie au milieu (sur cheveux bouclés ou lisses)
— pour un look bohème

La queue de cheval basse lisse — on y ajoute un ruban pour une allure tendance ou on la twiste pour une allure couture

La demi-queue twistée — l’équilibre entre une coiffure attachée et une coiffure détachée

Le dégradé sexy punk — cheveux ébouriffés façon « rock sauvage »

Le fameux chignon de danseuse — lisse et pommadé ou légèrement aérien

Les tresses de tous genres — africaines, à nœuds ou la plus tendance : sur le côté (side-braid)

Le brushing volume — pour un look coiffé décoiffé

La frange courte — conseil : n’essayez pas de la réaliser vous-même. Pour le bon résultat, elle doit être réalisée par un professionnel. 😉

La raie sur le côté — vous donne une allure douce et romantique

Et finalement, pour lui
Malgré la nature assez « féminine » de cet article, on ne voudrait tout de même pas négliger nos hommes! La grande question cette saison : barde ou pas de barbe? S’il désire la porter, elle devra être soignée et élégante à la façon « dandy ». Pour les cheveux, on parle de coupes précises et définies de type « barbier ». Par contre, le tout devra demeurer naturel. En d’autres mots, on oublie le gel, et on préconise la texture et la fraîcheur.

…ça donne le goût d’aller chez le coiffeur, non?

Références :

http://www.aufeminin.com/beaute/album1176727/coiffure-2016-0.html
http://quebec.huffingtonpost.ca/2016/01/14/-tendances-coiffure-printemps-ete-2016_n_8979306.html
http://www.cosmopolitan.fr/,decouvrez-les-plus-belles-coiffures-printemps-ete-2016,1924710.asp
http://quebec.huffingtonpost.ca/2016/01/14/-tendances-coiffure-printemps-ete-2016_n_8979306.html

Oscars 2016 :: les moments forts

Pour voir cet article en mode «Storify», cliquez ici.

***

Bien que la cérémonie ait eu lieu le 28 février dernier, je me permets un retour sur cet événement grandiose et glamour qui, chaque année, fait le plaisir des amateurs de cinéma, des passionnés de la mode et des organisateurs d’événements (comme MOI).

Avant de faire un résumé des moments croustillants de la soirée (parce que oui, il y en a eu!), je ne peux passer à côté du fameux tapis rouge et des magnifiques tenues que portaient les célébrités :

Personnellement, ma tenue préférée est sans contredits celle que portait Cate Blanchett; une robe signée Armani Privé.

La 88e cérémonie des Oscars a débuté en force avec le discours d’ouverture de Chris Rock, qui portait principalement sur la controverse de l’absence d’Afro-américains parmi les nominés… En fait, plusieurs jours avant l’événement, certaines personnes avaient appelé au boycottage de la soirée mondaine, sous prétexte qu’il manquait de «diversité» à l’Académie. Le maître de cérémonie a donc décidé de revoir complètement son texte et en a profité pour mettre une touche d’humour à toute cette polémique. Voici une vidéo (en anglais) qui explique le tout!

Chaque gala, il y a toujours ce moment embarrassant, cette personne qui fait les manchettes dans les médias à la suite de l’événement, mais pas pour les bonnes raisons… Ce fut malheureusement le cas pour Sam Smith, dans le cadre de son discours pour avoir gagné la catégorie de la meilleure chanson originale (Writing’s on the Wall). Il a profité de sa tribune pour dédier son prix à toute la communauté LGBT à travers le monde. Jusque-là, tout est beau. Il a cependant déclaré par erreur être le premier homme ouvertement gai à remporter un Oscar, ce qui était faux. Dustin Lance Black, un homosexuel ayant remporté l’Oscar du meilleur scénario original en 2008, n’a pas manqué d’interpeller Sam Smith sur Twitter. S’en sont suivies des excuses de la part de ce dernier.

Twitter3Twitter2Twitter1

Et ce n’est pas tout! Le pauvre Sam Smith a d’ailleurs affirmé qu’il avait vécu le pire moment de sa vie lors de sa performance de Writing’s on the Wall cette soirée-là. Selon ses dires, «le chant était horrible!»

Twitter4.jpg

Un autre moment fort de la soirée fut la touchante performance de Lady Gaga en compagnie de victimes de viol. Les jeunes filles et garçons ont montré fièrement leur bras, sur lequel étaient apposés au marqueur des écrits positifs, qui prouvaient leur courage et leur force à travers cette épreuve. Til it happens to you est une chanson qui dénonce le tabou autour des viols sur les campus scolaires et de fait même, l’expérience qu’a autrefois vécue la chanteuse…

Facebook1.jpg

Finalement, le clou de la soirée ne revient à nul autre que Leo! Eh oui, ce n’est avec aucune surprise que je vous apprends que le moment le plus attendu de la cérémonie était celui où on allait savoir si M. Dicaprio allait ENFIN recevoir son premier Oscar! Et en plus d’avoir gagné, il a merveilleusement bénéficié de sa tribune pour faire passer un message important : la question sur les changements climatiques. Lors de son discours, il a en fait déclaré que le problème est réel et qu’il ne faut pas tenir notre planète pour acquise. Bravo Leo!

1946-leonardo-dicaprio.gif

Pour vous, quel était LE moment fort de la soirée?

Les 7 règles d’or de l’événementiel

concert-768722_960_720
Pour faire suite à mon précédent billet sur les étapes de réalisation d’un événement, voici 7 règles d’or qui s’appliquent au domaine l’événementiel. Elles vous aideront sûrement à éviter quelques erreurs ou situations non voulues (il y en a certainement des dizaines d’autres, mais ce sont les principales que je connais) :

  1. Invitez environ trois (3) fois plus de personnes à votre événement que le nombre de participants que vous désirez réellement avoir (en fait, seulement le tiers des personnes que vous inviterez accepteront effectivement d’y assister) ;
  2. Sachez qu’approximativement 10 % des personnes qui ont accepté l’invitation ne se présenteront pas à votre événement, pour différentes raisons (oubli, contretemps, urgence…) ;
  3. Prévoyez environ 10 à 15 % de votre budget en « imprévus » — il y aura TOUJOURS des imprévus…
  4. Le succès d’un événement est dans les détails, ne les négligez surtout pas ! ;
  5. Pensez « client » et « public ». Souvenez-vous que ce n’est pas pour vous que vous faites l’événement, mais bien pour la personne qui vous mandate. Et vos goûts ne sont pas nécessairement les siens — et vice-versa ;
  6. Envisagez tous les scénarios possibles (bons et mauvais) et prévoyez des plans B selon les différentes situations (température, catastrophe, etc.) ;
  7. Et la dernière et non la moindre : même si vous croyez avoir tout prévu, tout pensé, tous visualisé… Il y aura toujours quelque chose flower-791140_960_720qui vous échappera, qui n’ira pas comme vous l’aviez planifié. C’est une règle qui s’applique tout le temps et la seule façon d’y faire face est de l’accepter et de réfléchir rapidement à une solution.

Quelqu’un avait déjà fait la comparaison de l’organisation d’un événement avec le métier de pompier… car on est tout le temps en train d’éteindre des feux. Eh oui, c’est ça le domaine événementiel : gérer l’imprévu, s’adapter à l’environnement, avoir une vision 360 ° de tout ce qui se passe en même temps… Ça prend aussi de la polyvalence, de la créativité et une capacité à agir en situation de stress. Ce n’est pas fait pour tout le monde, c’est sûr ! J’ai personnellement choisi cette branche et j’y trouve un plaisir fou. Travailler pour réaliser quelque chose d’unique ; pour offrir une expérience exceptionnelle aux invités et contribuer à leur satisfaction… c’est ça ma vraie récompense !

Avez-vous déjà eu à gérer une situation imprévue lors d’un événement ? Comment êtes-vous parvenus à la corriger ?

Organiser son premier événement :: Cours 101

Votre patron vous a mandaté pour organiser le party de Noël ;
Votre sœur veut que vous l’aidiez à planifier son mariage ;
Votre tante souhaite que vous vous occupiez du prochain rassemblement familial…

Événement1

Ça vous arrivera sûrement tôt ou tard d’être confronté à l’organisation d’un événement quelconque et je vous suggère un petit cours 101 pour que celui-ci soit un vrai succès ! Pas besoin d’être un expert pour mettre sur pied un événement ; suffit d’avoir de bonnes bases et de connaître les quelques trucs infaillibles. Après ça, c’est l’expérience qui fait tout le travail !

On peut décliner le processus d’organisation d’un événement en étapes distinctes, un peu comme une recette :

  1. Mission : quelle est la mission de l’événement, sa raison d’être ? On définit avec le client le type d’événement voulu. En d’autres mots, on précise la nature du mandat ;
  2. Objectifs : pour chaque événement, on aura un objectif général — exemple : créer un moment unique et chaleureux pour rassembler la famille Desautels — et des objectifs spécifiques (quantifiables et mesurables) — exemple : réunir au moins 35 personnes de la famille lors de l’événement ;
  3. Public(s) cible(s) : pour qui faisons-nous l’événement ? On détermine s’il y en a un ou s’il y en a plusieurs et dans le cas où il y en a plusieurs, on les hiérarchise selon les publics PRIMAIRE, SECONDAIRE et TERTIAIRE. Ensuite, on spécifie leurs caractéristiques sociodémographiques et psychographiques. *Les objectifs et les publics cibles sont des éléments très importants qu’il faut constamment garder en tête, car nous devrons nous y référer dans le cadre de toutes nos décisions ;
  4. Plan préliminaire : c’est à cette étape qu’on établit les : «QUAND ?», «OÙ ?» et «COMMENT ?». En d’autres mots, on choisit la date, l’endroit et le concept/thème de l’événement ;
  5. Événement5Budget et échéancier : combien d’argent dispose-t-on pour faire l’événement ? On divise le budget en catégories (nourriture, breuvages, décor, animation, location de la salle, promotion et publicité…) et on insère deux colonnes au tableau : les montants prévisionnels et les montants réels. Également, un autre outil de coordination bien apprécié est l’échéancier. Petit conseil pour sa rédaction : au lieu de partir de la date actuelle et de planifier en ordre chronologique, débutez plutôt du jour J et reculez dans le temps avec les différentes tâches à faire selon la durée de chacune d’elles ;
  6. Logistique et sous-traitance : on pense nourriture, breuvages, audiovisuel, signalisation, décor, animation, activités proposées aux participants, transport du matériel, et j’en passe… c’est à cette étape qu’on fait des appels d’offres et qu’on détermine avec qui on fera affaire pour l’ensemble de ces composantes ;
  7. Promotion et communication : selon le type d’événement, vous devez penser aux moyens de le promouvoir et/ou de le communiquer. J’englobe ici toutes formes de publicité, les invitations, les communiqués de presse et toutes autres façons de transmettre l’information ;
  8. Post-mortem : étape souvent négligée, mais primordiale. C’est important de rédiger un compte rendu de ce qui s’est bien passé et de ce qui serait à améliorer dans le cas de prochaines éditions. Par expérience, c’est un document très utile à garder précieusement !

Événement2

Bien évidemment, ce n’est pas une recette miracle et chaque événement dispose de ses propres «ingrédients». Mais je crois que c’est un bon point de départ pour quiconque désire se lancer dans la réalisation de son premier événement.

Allez, partagez-moi vos expériences !!!

La mode des voyages «sac à dos», on y adhère ou pas?

C’est la grosse mode ces temps-ci ! De plus en plus, je vois sur mon profil Facebook des photos de personnes qui partent à l’aventure pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Seules ou avec des amis, elles s’en vont découvrir le monde, mais pas comme de traditionnels touristes. On oublie les grands hôtels et les « resorts » ; on va plutôt dans les auberges de jeunesse, on vit au jour le jour, on ne se trace pas nécessairement d’itinéraire… c’est la spontanéité et la liberté à l’état pur.

Lydiane St-Onge, ancienne candidate d’Occupation Double, en a même fait son mode de vie. Elle voyage à sac à dos à travers le monde et nous fait part de ses escapades, des paysages qu’elle voit, des gens qu’elle rencontre. C’est tout à fait fascinant. Je suis jalouse parce que je rêverais de faire comme elle. Faire le tour du monde sans avoir à me soucier des responsabilités de la vie ; des vacances à temps plein quoi !

12295369_10153411491673370_2510980261555826295_nJe n’ai personnellement jamais tenté l’expérience. Et ce n’est pas parce que ça ne m’intéresse pas, mais les circonstances ont fait en sorte que ça n’a jamais adonné… OK, j’ai peut-être aussi un peu peur de l’inconnu, du fait de ne pas nécessairement savoir où tu vas dormir le soir. De prime abord, je suis quelqu’un qui adore planifier, organiser et savoir où je m’en vais. Donc, oui, ça serait une excellente façon de sortir de ma zone de confort !

Comme c’est quelque chose qui a piqué ma curiosité, je me suis dit : pourquoi ne pas me renseigner sur le sujet, connaître les pour et les contre, savoir si ça vaut vraiment la peine ? Ça tombe bien, car une de mes bonnes amies a tenté sa première « expérience sac à dos » l’été dernier. Et elle m’a donné la même réponse que toutes les autres personnes avec qui j’ai parlé du sujet : TU DOIS faire ça au moins une fois dans ta vie, POINT BARRE ! Au passage, elle m’a fait part de ses conseils et de ses impressions. C’est avec plaisir que je vous les partage à mon tour.

Ton sac, ta maison12299398_10153418581498370_3785614491753911651_n
Très important, effectivement. Ça ne s’appelle pas faire un voyage « sac à dos » pour rien. C’est ton tout, ton meilleur ami ou ton pire ennemi — dépendamment si tu l’as rempli intelligemment. Parce qu’étant donné que tu le traînes absolument partout, il doit être le plus léger possible. Il doit aussi contenir du matériel adéquat relativement au type de voyage que tu fais et du climat qu’on y retrouve.

Donc, avant tout, on choisit un sac de qualité (ça vaut largement la peine de payer un peu plus cher) et on s’assure qu’il est confortable et ajustable. Qu’est-ce qu’on met dedans ? La grande question.

  1. Un sac de couchage. Oui, ça prend de la place, mais il va t’être pratique dans plusieurs situations (ne serait que parce que la literie de l’auberge laisse à désirer).
  2. Les vêtements. On n’apporte que le NÉCESSAIRE. Compris, les filles ? Pour vous donner une idée, ça peut se limiter à : 4 t-shirts, 2-3 shorts, 1 pantalon, 2 chandails chauds, un manteau coupe-vent/pluie, des sous-vêtements pour une semaine, un maillot de bain, une paire de chaussures de randonnée et une paire de sandales. Et on n’oublie pas qu’on n’est pas là pour jouer la carte de la mode !
  3. La trousse d’hygiène. Tout comme les vêtements, on en apporte le moins possible et on choisit des formats dits « de voyage ».
  4. Les documents importants : passeport, billets d’avion/de train, numéro d’assurance, argent et photocopies.

Le journal de bord
Selon mon amie, c’est primordial d’avoir son journal de bord. Elle en avait un et elle s’en est servie chaque jour. Elle y écrivait ce qu’elle voyait, ce qu’elle ressentait, les rencontres qu’elle faisait… C’était sa façon d’immortaliser ses souvenirs et c’était une sorte de « thérapie ».

Je vous laisse avec des extraits de son journal, car il n’y a rien de mieux que ses propres mots pour vous faire comprendre le « feeling ».

12243372_10156281874470596_1620938898021802935_n

Aussi surprenant que ce soit, je me sens chez moi dans les auberges et dans les pays que je visite. La solitude n’est plus qu’un sentiment pour moi, elle est un endroit. Un endroit où je me sens chez moi, où je me sens bien de ressentir les émotions et d’être connectée à mon corps, comme jamais je l’ai été.

Août 2015
Dans un train en direction de Zagreb, Croatie



Je me regarde dans le miroir, c’est moi qui ai vécu tout ça. Je ne me suis pas vue, je l’ai vécu. Est-ce réel ? Qu’est réellement la réalité ? Ai-je vécu tout ça ? Suis-je ici, à Venise, maintenant ? Je ferme les yeux, écoute le vent, les bateaux qui naviguent et m’écoute respirer. En ce moment, rien d’autre n’a d’importance. Seulement ma respiration, mes pensées. Je ne ressens pas la faim, pas l’amour. Je pleure sans ressentir la tristesse. Mes yeux regardent dans le vide et pleurent avec les images et les émotions de tout ce que j’ai pu vivre depuis mon départ. Je me sens redevenir la petite fille passionnée, passionnée par la vie, sa vie.

Décembre 2015
Venise, Italie

Ça donne le goût de partir, non?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Références :

Trouver sa flamme sur Tinder :: C’est possible ?

Tout le monde la connaît, la majorité l’utilise, on l’aime, on la hait, elle nous suit partout où on va… L’application a carrément changé la façon de voir et de cultiver les relations modernes. Chacun y vise son propre objectif et l’expérience est unique pour chaque personne. Mais on se pose tous la même question : est-ce possible de trouver l’amour sur Tinder ?

La réponse, c’est oui !

« Dater » à l’ère de la surconsommation
Pas facile de nos jours de trouver quelqu’un ! Comme tous les produits de consommation quotidienne, on a tellement de choix qu’on s’y perd. Ton réseau ne se résume plus à ton cercle d’amis, il s’étend sur des kilomètres et des kilomètres. Tinder part de ce principe, pour te proposer les photos de centaines et centaines de célibataires (en théorie) à proximité. Il/elle te plaît ? Tu glisses la photo vers le cœur vert (Like). Il/elle t’a « liké » aussi ? Vous avez un match !

Le problème avec ça c’est que plus tu as deLogo-Tinder.svg choix, plus tu deviens difficile. Au lieu de te concentrer sur une personne à la fois, tu gères 25 « matches » en même temps.  Et si quelqu’un dit quelque chose qui te déplaît, « DELETE » ! Puis tu passes à un autre…

Superficialité, physique, abondance ; c’est à se demander quels genres de valeurs ça promeut. Mais tout dépend de ce que tu en fais, et la signification que tu lui donnes.

Ne pas avoir d’attentes
Ça, c’est mon premier conseil. Parce que sinon, tu risques d’être déçu. Vois ça comme un divertissement, prends-toi pas trop au sérieux et si ça fonctionne comme tu le veux, tant mieux ! Aussi, ne fais pas des personnes qui ne te répondent pas ou qui te suppriment sans raison, une affaire personnelle… C’est un monde virtuel, mais comme le monde réel, il y en a de tous les genres et de tous les goûts. En gros, tu vas en trouver qui veulent juste une histoire d’un soir, puis d’autres qui sont là pour quelque chose à long terme. Ce qui m’amène à mon deuxième conseil…

Savoir choisir
Beaucoup se plaignent qu’ils trouvent juste des — comment dire ça poliment — «crétins » sur Tinder. Bien, oui, il y en a. Mais il faut aussi que tu saches choisir les profils que tu « like ». Si ton but n’est pas de trouver quelqu’un avec qui seulement passer la nuit, tu peux tout de suite oublier les portraits de filles en bikini et de gars en torse qui essaient de montrer leurs « atouts ». Y a fort à parier que ces personnes-là sont plus axées sur le physique et qu’ils ne voudront pas nécessairement de lendemain…

20160131_004123-3

Et ils vécurent heureux…
Moi, j’ai trouvé mon chum sur Tinder ! Ça fait un an qu’on est ensemble et tout va pour le mieux. Pourquoi ça a marché ? Hasard ; destin ; je ne pourrais dire ! Je crois que l’application est maintenant une façon comme une autre de rencontrer et de peut-être trouver ce que l’on cherche. Tinder nous a permis de nous connaître, et la chimie s’est occupée du reste !

En bonus, je vous laisse avec une vidéo tournée dans le cadre d’une expérimentation sociale à partir de l’application. Vos impressions ?

Diplôme ou expérience :: Quoi prioriser?

Je me suis souvent posé la question… Et en 2016, ça peut être difficile de savoir si l’on doit poursuivre ses études le plus loin possible ou se contenter d’un grade un peu plus bas, mais avoir une certaine expérience avant de se « lancer » dans sa carrière… Vous direz que ça dépend du domaine dans lequel on veut aller, je crois que ça peut aller jusqu’à dépendre de l’employeur.

C’est sûr qu’il y a des exceptions, comme le domaine de la santé et de l’éducation, où l’on n’embauchera personne qui ne détient pas le diplôme. Mais pour le reste, le meilleur des mondes serait de posséder le diplôme ET l’expérience… Le truc?

Suggestion n° 1
Pourquoi (dans la mesure du possible) ne pas choisir un horaire scolaire qui permettrait d’avoir une ou deux journées de libres durant la semaine et donc, d’avoir un job à temps partiel un peu plus « sérieux » que les traditionnels jobs d’étudiants? Même si ce n’est pas exactement ce que l’on veut exercer plus tard, il y a des connaissances et des compétences connexes que l’on peut acquérir et qui aideront assurément à garnir notre C.V.

Suggestion n° 2
Sinon, il y a d’autres moyens d’acquérir de l’expérience tout en étant sur les bancs d’école. Par exemple, les stages sont très formateurs et sont bien reconnus sur le marché du travail par la suite. Il suffit de vérifier si notre programme offre la possibilité d’en suivre (la majorité le fait).

Suggestion n° 3
Et dans le cas où l’on a l’expérience, mais on vous demande absolument le diplôme, pourquoi ne pas opter pour une reconnaissance des acquis? Ça permet de se faire créditer certains cours universitaires et donc, d’obtenir « le papier » plus rapidement. Aussi, beaucoup de cours sont offerts de soir et permettent un bon équilibre boulot/études/famille.

office-620822_960_720

Quoi qu’il en soit, le meilleur atout est de savoir se vendre. Lors d’une entrevue, on a toujours l’opportunité de miser sur nos forces, sur nos compétences (académiques ou professionnelles) et sur ce qu’on peut réellement apporter à la société. Un bon employeur saura reconnaître le talent, mais saura aussi reconnaître la personne qui a du savoir-être et qui a un bon potentiel d’apprentissage. Souvenez-vous que chaque parcours est unique, tout comme chaque personne qui le trace!

Vous, quel parcours avez-vous adopté? Avez-vous d’autres trucs pour ceux et celles qui se posent la même question?